Les Femmes dans l’Egypte Antique : Tout Savoir

Lorsque l’on s’intéresse au rôle des femmes dans les sociétés anciennes, on pense souvent qu’elles étaient traitées comme des citoyennes de seconde zone. Pourtant, si l’Égypte ancienne était indubitablement un patriarcat – c’est-à-dire une société fondée sur le principe de la domination masculine -, elle présentait également un degré surprenant d’égalité entre les hommes et les femmes. En fait, les femmes jouissaient d’une telle considération sur le plan juridique, spirituel et social que les sociétés modernes pourraient s’inspirer de l’exemple donné par les anciens Égyptiens. Voyons à quoi ressemblait exactement la vie des femmes dans l’une des plus grandes civilisations de tous les temps.

1. Un panthéon de Déesses

Le respect dont jouissaient les femmes dans l’Égypte ancienne trouvait son fondement dans la religion. Pour les anciens Égyptiens, l’équilibre et l’égalité faisaient partie intégrante de leur système de croyances, tout comme les concepts féminins tels que la fertilité et la renaissance. Le panthéon égyptien comprenait de très nombreuses divinités féminines, chacune ayant un domaine de compétence différent. Ces compétences allaient du quotidien (comme la fabrication de la bière et la surveillance des grossesses) au divin (comme la protection de l’humanité contre le mal). Certaines des divinités les plus importantes étaient des femmes, notamment Neith, une des premières déesses souvent citée comme la principale créatrice dans les récits sur la création du monde, et Isis, sœur, épouse et égale d’Osiris, la divinité chargée de conduire les défunts en toute sécurité dans l’au-delà. Hathor et Isis ont toutes deux été considérées à différents moments comme la mère divine du pharaon et ont fait l’objet d’un culte particulier.

2. Les femmes au pouvoir

Les femmes divines n’étaient pas les seules à détenir un grand pouvoir dans l’Égypte ancienne. Les femmes mortelles ont également marqué l’histoire du pays, généralement en tant qu’épouse ou mère influente du pharaon, mais aussi parfois en tant que femmes à part entière.

2.A. Sobekneferu

Sobekneferu n’est pas la première femme à avoir régné sur l’Égypte ancienne ; on pense qu’au moins une femme, Meritneith, a régné en tant que régente à la place de son fils dès la première dynastie. Cependant, elle est la première femme connue à avoir assumé le titre complet de pharaon, ce qu’elle fit après la mort d’Amenemhat IV (qui était probablement à la fois son mari et son frère). Elle fut le dernier souverain de la douzième dynastie, et l’on pense qu’elle est restée au pouvoir pendant près de quatre ans.

2.B. Hatchepsout

Statue assise de la reine Hatchepsout

La prochaine femme pharaon confirmée est Hatchepsout, qui a régné pendant environ 22 ans au cours de la XVIIIe dynastie, d’abord en tant que régente de son beau-fils, Thoutmosis III, puis de son propre chef. Elle est considérée comme l’un des souverains égyptiens les plus puissants et les plus prospères de tous les temps. Elle a notamment rétabli de précieuses routes commerciales interrompues pendant l’occupation des Hyskos, mené une expédition lucrative au pays de Pount, mené des campagnes militaires contre la Nubie et le Canaan et réalisé l’un des projets de construction les plus ambitieux que le royaume ait jamais connu.

2.C. Cléopâtre VII

La reine égyptienne Cléopâtre et sa servante

Cléopâtre VII, probablement la femme pharaon la plus célèbre, fut la dernière souveraine de la dynastie ptolémaïque. Femme d’État très ambitieuse, puis épouse de Jules César et de Marc Antoine, elle a acquis, à son époque et depuis, la réputation d’être l’une des femmes les plus puissantes, les plus accomplies et les plus belles de tous les temps.

3. Des droits pour les Femmes « ordinaires »

Bien entendu, la vie des femmes non royales aurait été très différente. Néanmoins, de nombreux historiens estiment que les hommes et les femmes jouissaient d’un statut presque égal dans l’Égypte ancienne. Sur le plan juridique, les femmes avaient beaucoup plus de droits que leurs homologues dans certaines sociétés modernes. La ligne d’héritage était matrilinéaire, ce qui signifie que les biens et les richesses étaient transmis de mère en fille plutôt que de père en fils. Cela s’explique probablement par le fait que la maternité (contrairement à la paternité) ne peut jamais être remise en question. Cela signifie que les femmes pouvaient non seulement hériter de biens, mais aussi rédiger leur propre testament et léguer ces biens comme elles l’entendaient.

De leur vivant, elles pouvaient à la fois administrer et disposer des biens comme elles le souhaitaient. Les femmes pouvaient posséder et gérer un domaine ou une entreprise même après leur mariage. En fait, même si la plupart d’entre elles avaient tendance à remplir des rôles domestiques traditionnels, aucune loi ne les empêchait d’exercer toutes sortes de professions. Elles pouvaient ainsi devenir scribe, prêtresse (généralement dans un temple dédié à une divinité féminine), enseignante, tisserande, danseuse, musicienne et même médecin. Les femmes des classes inférieures travaillaient généralement aux côtés de leur mari dans les champs. Il existait quelques emplois que les femmes n’auraient pas occupés, notamment ceux d’administrateur et de fonctionnaire.

Sur le plan juridique, une femme pouvait être exécuteur testamentaire, témoin de documents juridiques, membre d’un jury, adopter des enfants et porter des affaires devant les tribunaux. Elle pouvait même se défendre devant les tribunaux, ce qui était peut-être nécessaire, car les femmes pouvaient être poursuivies et jugées comme les hommes (même si les peines étaient souvent différentes).

👩‍🦰 Des femmes influentes de l’Égypte antique, découvrez les beautés royales de Néfertiti et Cléopâtre.

4. Relations, mariage et divorce

La reine Néfertiti et le roi Akhnaton

Dans l’Égypte ancienne, les filles se mariaient généralement très jeunes, entre 12 et 14 ans. Les maris étaient souvent choisis par leur famille, mais les femmes ne pouvaient être forcées à épouser quelqu’un et avaient le droit de refuser une demande en mariage. Si la polygamie était courante chez les pharaons et n’était pas inhabituelle pour les riches membres de l’élite, se marier coûtait cher et la grande majorité des mariages étaient monogames. Les femmes étaient censées remplir les fonctions traditionnelles d’épouse et de mère, en plus de toute autre activité qu’elles choisissaient d’exercer. Elles devaient donc préparer les repas, brasser de la bière (l’eau était rarement potable dans l’Égypte ancienne), s’occuper des enfants, veiller à la propreté de la maison et laver les vêtements dans la rivière. Bien entendu, les femmes riches supervisaient ces tâches au lieu de les accomplir elles-mêmes.

Cela ne veut pas dire que le divorce n’existait pas – en fait, il était relativement courant et pouvait être initié par l’un ou l’autre des partenaires. Avant de se marier, les couples concluaient un accord prénuptial, qui favorisait généralement la femme. Si le mari demandait le divorce, il ne pouvait prétendre à aucun bien issu du mariage et devait verser une pension alimentaire à sa femme et à ses enfants. Dans les deux cas, la femme se voit toujours confier la garde complète des enfants, sa dot initiale et tous les biens gagnés ou hérités en son nom propre pendant le mariage. À moins qu’elle n’ait appartenu à la famille du mari, elle se voit également attribuer le domicile conjugal. L’adultère était illégal pour les deux partenaires. La punition la plus courante pour les épouses infidèles était de se faire trancher le nez – une forme de défiguration choisie à la fois pour son caractère humiliant et parce qu’elle était impossible à cacher.

Dans l’Egypte Antique, les Femmes aimaient se parer de bijoux. Découvrez ici la signification de ces merveilleux joyaux.

5. Grossesse, accouchement et maternité

L’objectif principal du mariage dans l’Égypte ancienne était d’engendrer un héritier. En fait, l’infertilité était l’une des raisons les plus courantes pour lesquelles un homme divorçait de sa femme. Les Égyptiens étaient tellement préoccupés par la fertilité qu’on leur attribue l’un des premiers tests de grossesse. Une femme qui pensait être enceinte urinait dans un sac en tissu contenant des grains de blé et d’orge. Si l’une ou l’autre de ces plantes germait, la femme était enceinte. Si le blé poussait en premier, l’enfant était de sexe féminin, et si l’orge poussait en premier, il était de sexe masculin. En tant qu’indicateur de grossesse, ce test était en fait assez précis : Des études modernes ont montré qu’il permettait d’identifier entre 70 et 85 % des grossesses.

L’accouchement était une perspective dangereuse pour les femmes de l’Égypte ancienne, qui ne disposaient d’aucune véritable assistance médicale en cas de problème. Au lieu de cela, la femme était assistée par des membres féminins de sa famille, qui utilisaient des amulettes et des statues religieuses pour invoquer la protection de diverses déesses. Il existait également une position d’accouchement standard : les femmes étaient aidées à s’accroupir sur une natte maintenue en place par quatre briques, chacune d’entre elles étant censée représenter une déesse différente.

Les femmes suivaient ce processus à de nombreuses reprises, la famille moyenne ayant entre quatre et six enfants (et souvent beaucoup plus). Cela ne veut pas dire que tous ces bébés survivaient jusqu’à l’âge adulte. Les taux de mortalité infantile étaient élevés, notamment en raison de la prévalence des maladies tropicales et des infections. Les bébés qui survivaient étaient portés en écharpe et allaités jusqu’à trois ans. Les filles des classes inférieures recevaient généralement de leur mère un apprentissage de la vie plutôt qu’une éducation formelle. En revanche, les filles des classes supérieures apprenaient souvent à lire et à écrire, ainsi que des sujets tels que l’histoire et la politique. Elles étaient ainsi préparées à diriger l’entreprise familiale ou à devenir une épouse convenable pour un mari puissant.

Les femmes qui n’étaient pas prêtes à avoir des enfants disposaient d’options dans l’Égypte ancienne, de nombreuses formes de contrôle des naissances étant citées dans divers papyrus médicaux. Parmi les plus populaires, citons le bois de semence imbibé de feuilles d’acacia broyées et de miel, et les excréments de crocodile mélangés à du lait aigre. Ces deux préparations auraient été insérées dans le vagin pour servir de barrière aux spermatozoïdes, et il est probable qu’elles aient été au moins quelque peu efficaces en raison de leur nature acide. Des avortements ont également été documentés, rendus possibles par la consommation de préparations à base de plantes ou l’utilisation de douches vaginales et de suppositoires.

6. L’hygiène personnelle

La propreté revêtait une importance sacrée pour tous les Égyptiens de l’Antiquité, indépendamment de leur classe sociale ou de leur sexe. C’est pourquoi les femmes se baignaient presque tous les jours, soit dans le Nil, soit, si elles en avaient les moyens, dans l’intimité de leur maison, dans des baignoires remplies par leurs esclaves. À l’aube du Nouvel Empire, les maisons de bains sont devenues populaires. Ils comportaient des sections séparées pour chaque sexe et l’eau était fournie par les esclaves (l’eau courante n’est apparue qu’avec l’arrivée des Romains). Le savon le plus courant était le natron, ou carbonate de soude mélangé à de l’huile. Sous sa forme pure, il pouvait également être utilisé comme une sorte de dentifrice. Pour l’élite, les rituels de nettoyage faisaient appel à la graisse animale, au parfum, à l’huile, aux sels de gommage et (comme l’a rendu célèbre Cléopâtre) au lait.

Les anciens Égyptiens avaient même leur propre version du déodorant. Au lieu d’être appliqué sous les bras, il prenait la forme d’un cône de cire parfumée placé sur le dessus de la tête lors des événements sociaux. La chaleur du corps de la personne qui le portait faisait fondre la cire au fil du temps, libérant un parfum agréable qui masquait les odeurs indésirables. Les femmes qui avaient leurs règles étaient considérées comme impures et dispensées des activités susceptibles de contaminer les autres membres de la famille, comme la cuisine. Certaines parties du temple étaient également interdites aux femmes à cette époque. Les Égyptiens de l’Antiquité étaient pleins de ressources et ont mis au point la première forme connue de tampon à partir de papyrus ramolli et roulé.

7. La mode dans l’Égypte ancienne

Une fois fraîchement lavées, que portaient les femmes de l’Égypte ancienne ? Si peu de vêtements ont survécu intacts à l’époque des pharaons, les nombreux reliefs et peintures découverts sur les murs des monuments anciens et des tombes nous indiquent que si les styles précis variaient en fonction de la classe sociale et de l’époque, les principes de base restaient les mêmes. Le lin était tissé en un tissu léger et frais qui offrait une protection efficace contre le soleil. S’il était généralement blanc, il pouvait également être teinté en rouge, bleu et jaune à l’aide de colorants naturels. Pour les servantes et les femmes de la classe ouvrière, les robes fourreaux près du corps et longues jusqu’à la cheville étaient le style le plus pratique.

Les femmes riches et les membres de la royauté portaient des vêtements similaires, mais agrémentés de plis, de perles et de fils d’or. Plus tard, une écharpe ou un châle transparent a été ajouté comme symbole supplémentaire de richesse. Enfin, la mode des épaules dénudées s’est imposée sous l’influence des Grecs et des Romains. En règle générale, la plupart des Égyptiennes étaient pieds nus. Toutefois, il est prouvé que les classes les plus aisées fabriquaient également des sandales en cuir et en papyrus.

Les classes inférieures portaient les cheveux longs et lâchés et utilisaient parfois du henné pour obtenir une couleur plus claire. Les hommes et les femmes de l’élite se rasaient couramment la tête et portaient à la place des perruques élaborées. Pour les plus riches, ces perruques étaient faites de cheveux humains ; les versions plus abordables étaient rembourrées ou entièrement faites de fibres végétales. Les deux sexes se maquillaient également. Le khôl était largement utilisé autour des yeux, à la fois pour les embellir et pour les protéger de l’éclat du soleil. Les fards à paupières étaient fabriqués à partir de malachite (vert) et de galène (gris foncé) broyées, tandis que l’ocre rouge était mélangée à de l’huile ou de la graisse pour être appliquée comme rouge à paupières et/ou rouge à lèvres. Des applicateurs de maquillage, des miroirs et des contenants de parfum ont été retrouvés dans les tombes de l’Égypte ancienne.

Enfin, les femmes de toutes les classes sociales portaient des bijoux. Ceux-ci avaient une double fonction : ils servaient de parure et permettaient d’incorporer des talismans pour protéger la personne qui les portait des mauvais esprits. Qu’il s’agisse de brassards, de chevilles, de colliers, de bracelets, d’anneaux ou d’amulettes, les bijoux reprenaient souvent les mêmes symboles populaires. Il s’agit notamment de l’ankh (symbole de la vie), du scarabée (symbole de la renaissance) et de l’anneau de Shen (protection éternelle). Alors que les bijoux des femmes riches étaient fabriqués à partir de pierres et de métaux précieux, ceux de la classe ouvrière étaient faits de poterie et incrustés de verre réfléchissant ou de faïence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison Offerte

Retour Simplifié

SAV Français

Transaction Sécurisée

Panier