Les Chats dans L’Egypte Antique

Chats, Bastet et le culte des dieux félins

Les chats comptent parmi les animaux les plus emblématiques de l’art et de la culture de l’Égypte ancienne. Les Égyptiens ont rencontré des lions, des panthères et des chats de la jungle dans la nature. Des chats plus petits ont très tôt vécu parmi les humains, chassant la vermine dans les maisons et les greniers. En les observant de près, les Égyptiens en sont venus à admirer les félins pour leur nature complexe et double. Les félins combinent la grâce, la fécondité et la douceur avec l’agressivité, la rapidité et le danger. Les dieux auxquels on attribuait ces qualités étaient souvent représentés avec des traits félins. Mais les Égyptiens ne vénéraient pas les félins. Ils pensaient plutôt que ces divinités « félines » partageaient certains traits de caractère avec les animaux.

Déesse Bastet en chat sur une colonne de lotus, 664-30 avant notre ère, bronze

Bastet est probablement la déesse féline la plus connue d’Égypte. D’abord représentée comme une lionne, Bastet a pris l’image d’un chat ou d’une femme à tête de félin au cours du deuxième millénaire avant notre ère. Bien qu’elle ait des qualités à la fois nourricières et violentes, ses aspects protecteurs et maternels étaient généralement mis en avant. D’innombrables représentations d’un chat assis, d’une déesse à tête de chat ou d’une chatte avec des chatons comportent des inscriptions dédicatoires adressées à Bastet. En offrant de telles images, les donateurs exprimaient leurs souhaits de santé et d’enfants ou, plus généralement, de vie et de protection.

Ces révélations étaient importantes pour une exposition que j’ai organisée au Brooklyn Museum, intitulée Divine Felines : Les chats de l’Égypte ancienne. L’idée de cette exposition est née alors que j’explorais nos réserves. Une statuette en bois doré représentant une déesse à tête léonine et au corps de femme m’a regardée depuis une étagère et m’a arrêtée dans mon élan. J’ai été intriguée par sa beauté et son élégance, ainsi que par la combinaison inhabituelle de ses traits. Elle se trouve à Brooklyn depuis 1937, mais n’est pas exposée en raison de son mauvais état.

Wadjet assis, 664 – 332 avant notre ère

Cette déesse à la tête féline et aux oreilles léonines porte une perruque tripartite. À en juger par les restes d’une cheville au sommet de la tête, un disque solaire fabriqué séparément l’ornait autrefois et maintenait l’uræus en bronze en place. Elle est assise sur une base florale, les pieds et les fesses touchant le sol et les genoux ramenés vers le torse. Ses pieds semblent étroitement liés, la reliant au monde souterrain comme sur une momie. Ses bras sont pliés au niveau des coudes, la main droite étant serrée en un poing tandis que la paume gauche s’étend à côté de son genou gauche. La base peinte en noir, qui rappelle une ombelle de papyrus, présente une ouverture à l’extrémité de la tige. De manière inattendue, une petite momie de chat était à l’origine enfermée dans l’intérieur creux de la figurine. Mais pourquoi était-elle là ? À qui a-t-elle été offerte ?

🐱 Des chats vénérés de l’Égypte antique, explorons les demeures des anciens égyptiens.

Bien que la statuette de Brooklyn comporte des éléments familiers de l’art égyptien, la compilation de ces éléments la rend très inhabituelle et, à première vue, mystérieuse. Par exemple, la position accroupie de notre déesse est utilisée dans les représentations bidimensionnelles des dieux qui apparaissent dans les temples ou les tombes et sur les papyrus mortuaires. En revanche, en trois dimensions, les divinités féminines à tête de lion sont généralement debout, à pied ou assises sur un trône. Ensuite, la base en ombelle de notre figurine rappelle les sceptres en papyrus fréquemment tenus par des divinités félines et les colonnes en papyrus surmontées de chats dédiées à Bastet. Cependant, les bases en forme de fleurs sont inhabituelles pour les figures de dieux en bois de cette taille (un peu plus d’un pied de haut), et apparaissent rarement en tant que contenant de momie animale. De tels socles sont plus fréquents dans les petits bronzes et les amulettes ou dans les grandes sculptures en pierre. Enfin, les récipients destinés aux momies de chat n’ont généralement pas la forme d’une déesse féline accroupie. Au contraire, les contenants pour momies animales en forme de femme à tête de lionne représentaient généralement la déesse assise sur un trône et inscrite sous le nom de Wadjet. De plus, le contenant Wadjet était généralement destiné à des ichneumons (mongeese), et non à des chats.

Momie du chat ; 750-400 BCE ; restes d’animaux, lin et pigments

En dépit de ces caractéristiques inhabituelles, certains détails sont des indices de l’identité de notre statuette. De nombreuses déesses puissantes étaient représentées avec ses traits, bien qu’elles soient notoirement difficiles à identifier sans inscription. Bastet, Sakhmet, Mut, Tefnut, Shesemtet, Pakhet, Mafdet, Wadjet et d’autres apparaissent toutes sous la forme d’une lionne ou d’une femme à tête de lion avec un disque solaire sur la tête. Chacune d’entre elles était nommée fille du dieu Soleil et de l’œil du Soleil. Les Égyptiens associaient les chats au soleil pour plusieurs raisons. Ils voyaient dans le pelage rouge et jaune des chats et des lions les couleurs du soleil lui-même. Les chats aiment la chaleur et se prélasser au soleil. Et surtout, à l’image de la nature contradictoire des félins, le soleil possède une double nature : source de vie réchauffante ou danger brûlant dans le désert. Ainsi, de nombreuses filles dangereuses et protectrices du dieu Soleil étaient dotées d’une nature léonine.

Dans la mythologie égyptienne, les aspects terrifiants et nourriciers des déesses félines sont le plus souvent représentés par Sekhmet et Bastet, mais d’autres filles du Soleil méritent ce titre. Par exemple, Hathor-Tefnout est décrite dans le Mythe de l’œil du soleil à Philae comme celle qui « est enragée comme Sekhmet et amicale comme Bastet ». Toutes ces déesses doivent être considérées comme une force féminine féroce et féline, porteuse du pouvoir du feu du soleil pour détruire, brûler et griffer tous ceux qui se trouvent sur son chemin, mais qui se transforme en divinité maternelle lorsqu’elle est apaisée.

La momie trouvée à l’intérieur de la figurine de Brooklyn – en fait une momie de chat – offre un indice sur la fonction de la figurine. Les chats sont l’un des animaux les plus nombreux à avoir été momifiés par les anciens Égyptiens. Chaque animal momifié était lié à un dieu spécifique et offert à ce dernier dans l’espoir d’obtenir une faveur ou en signe de gratitude. Les Égyptiens dédiaient les momies de chats à la déesse Bastet, protectrice et dangereuse. Bubastis, la ville du Delta qui était le centre du culte de cette déesse, est à l’origine de nombreuses momies de chats. La plupart d’entre elles étaient placées dans des cercueils rectangulaires ou en forme de chat, ou enveloppées dans du lin et peintes pour ressembler à un chat. Mystère résolu, autant que peut l’être une énigme de l’Égypte ancienne : la figurine du Brooklyn Museum a servi de contenant à une momie de chat particulièrement fantaisiste, probablement dans le but d’obtenir les faveurs de Bastet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison Offerte

Retour Simplifié

SAV Français

Transaction Sécurisée

Panier